L'histoire de l'entreprise Canard Soulard

Il y a 80 ans...

Ernest Soulard Cantons

 

1936 : Ernest Soulard « ouvrier agricole » épouse Constance « servante ». De ce mariage naîtront 8 enfants.

Après quelques mois d'apprentissage dans la ferme, Ernest s'installe avec Constance, sa femme, dans la maison familiale et transforme les écuries en abattoirs. Mais les temps sont difficiles et Ernest travaille dur pour ne pas sombrer dans la période compliquée d'avant-guerre. Chaque jour, dès l'aube, il se rend dans les foires et marchés de la région pour y acheter les plus belles volailles : canards, poulets, pigeons, lapins... A son retour, Constance les plume et les vide. Elles sont ensuite déposées aux « Quatre chemins » pour être transportées aux Halles de Paris.

Les jours de foires à L'Oie, Constance prépare des repas pour plus de 200 personnes. Quant aux enfants, après l'école et les devoirs, ils aident leurs parents : il y a toujours des canards à plumer qui les attendent !

Sources :
Bocage de Vendée aux quatre saisons, Pascal Baudry et Yves Viollier - édition Siloë
L'usine est dans le Pré... La belle aventure des entreprises vendéennes- ADV Editions

 

L'après-guerre : le tournant décisif pour l'entreprise Ernest Soulard

C'est la fin de la guerre, la paix revient, la demande augmente, la petite ferme familiale et locale continue son chemin !

Quelques années plus tard, pour répondre aux besoins croissants de la population, l'entreprise investit dans des équipements neufs et aménage des bâtiments conformes. Plus question de travailler dans les bâtiments actuels, jugés rudimentaires et vétustes par les vétérinaires et la DSV (Direction Service Vétérinaire).

On lui conseille de s'associer. La réponse est claire : « Non, il n'est pas question de s'associer, je reste seul ! ». Pour solution, Ernest Soulard s'entoure de ses enfants et se tourne vers la production de canards de Barbarie et de pigeons. Le choix est important et l'avenir des Canards Soulard en dépend. La décision était plus que risquée mais le choix s'est avéré bon.

 

Les années 70: L'arrivée de la nouvelle génération chez Canard Soulard

En 1971, Joël - le benjamin de la famille - a 20 ans et démarre dans l'entreprise familiale comme chauffeur au ramassage des canards.

Les enfants à tour de rôle rejoignent l'entreprise, le travail ne manque pas. Une SA est créée en 1974 et les parts sont partagées entre les enfants. La première chaîne d'abattage est achetée et l'entreprise Ernest Soulard ne cesse de croître.

En 1974, Ernest Soulard passe les commandes de son entreprise. Joël voit grand, il est conquérant et croit fortement en l'avenir de la société Canard Soulard. Son père et toute la famille sont à ses côtés. Ils lui reconnaissent ses qualités de gestionnaire et sa détermination pour continuer à développer l'entreprise familiale.

Joël décide rapidement de se tourner vers l'international en se dotant d'un tout nouveau bâtiment agréé pour l'exportation, une première en France !  Il désire élargir les frontières en Europe et en Asie. Il s'entoure d'experts pour mener ces changements. Il ouvre ainsi l'entreprise aux marchés internationaux. L'entreprise Ernest Soulard gagne rapidement des parts de marché en Allemagne et au Japon. En 1988, le service export intègre le site de L'Oie.

 

1990 : Intégration totale de la filière

L'accouvage et l'aliment faisant partie des métiers de l'entreprise, elle prend la décision en 1990 d'acheter le couvoir de Remouillé où les canetons sont actuellement produits. 1 an après, la SA Ernest Soulard construit son usine d'aliments à L'Oie.

Dans les années 1990, la production de foie gras se développe fortement en France. En 1994, après avoir construit notre propre filière, nous commençons l'abattage de nos premiers canards Mulards, qui sont les canards à foie gras.

 

L'entreprise Ernest Soulard aujourd'hui

En 2009, l'entreprise ouvre une boutique à L'Oie dans la maison familiale, pour vendre nos produits aux particuliers.

Après plus de 80 années de développement, l'entreprise Ernest Soulard continue son aventure avec tous ses passionnés.

Ernest Soulard reste fidèle à l'esprit d'initiative de son fondateur, avec une production 100% locale. La famille Soulard est restée à l'écoute des attentes des clients, aux changements des modes de consommation. Elle a su adapter l'appareil productif de l'entreprise vendéenne au fil du temps. Depuis 80 ans, la passion qui nous anime chez Ernest soulard est un gage de qualité pour les clients.

 

Pour en savoir plus sur le foie gras, découvrez les chiffres clés du foie gras.